RATIONALIST INTERNATIONAL

Bulletin # 175 (15 Juin 2008)

http://www.rationalistinternational.net

Dans ce numéro

Ce que Barack Obama a dans ses poches

Ce que Barack Obama a dans ses poches

Quand celui qui pourrait bientôt être l'homme le plus puissant de la planète montre le contenu de ses poches - comme on l'a vu récemment dans le Time (« photo du jour de la Maison Blanche ») – ce qui en sort est très révélateur. Il y a : un singe minuscule – apparemment le dieu hindou Hanuman – ainsi qu'un jeton de casino porte-bonheur, un bracelet appartenant à un soldat américain en Irak, et une toute petite madone à l'enfant. Le bracelet lui sert peut-être d'aide-mémoire pour sa tâche la plus éminente en tant que président des Etats-Unis, celle de « ramener nos gars à la maison ». Et les autres trésors de poche ? Est-qu'Obama croit à Hanumân, inspiré par la grande guerre du singe légendaire contre Râvana, roi des démons? Est-il joueur ? Est-ce qu'il croit aux porte-bonheur ? Croit-il que ces petites mascottes qu'il trimbale dans ses poches ont un effet sur sa vie et son « destin » ? Si le contenu de ses poches est un indicateur de son état d'esprit, il faut se préparer à d'étranges – voire dangereuses – surprises.

Nepal: Dernière sortie pour le roi-dieu

Porte du palais Narayanhity  Katmandou
Porte du palais Narayanhity Katmandou

Dernier royaume hindouiste, le Népal fête sa métamorphose en république démocratique. Le pas historique pour mettre fin à 239 années de monarchie de droit divin et faire pénétrer ce pays himalayen « du toit du monde » dans le XXIème siècle a été franchi ce 28 mai 2008 par l'Assemblée constituante dirigée par le parti maoïste, récemment élu, avec 650 votes contre 4. L'ex-roi Gyanendra – vénéré il y a peu de temps encore comme une réincarnation du dieu hindou Vishnu – quittait définitivement le palais Narayanhity ce 12 juin 2008. Bien que ses astrologues lui eussent conseillé d'attendre un moment plus propice, le gouvernement ne lui a pas permis de dépasser la date fixée. La bannière royale ornant la porte principale du palais a été remplacée par le drapeau national. Le bâtiment rose dans le centre de Katmandou deviendra bientôt un musée national.

La plupart des monarchies ont été abolies depuis longtemps dans le monde entier. Après son abolition au Népal, il reste encore 30 monarques régnant dans 44 monarchies souveraines. 16 d'entre elles sont des royaumes du Commonwealth, comme le Canada et l'Australie, qui reconnaissent toujours formellement la Reine Elizabeth comme leur souveraine. La plupart des monarchies restantes sont constitutionnelles, laissant peu de pouvoir politique au monarque. Il existe encore des monarchies absolues : Brunei, Oman, Qatar, l'Arabie Saoudite, le Swaziland ainsi que la Cité du Vatican (une théocratie cooptée). Les souverains de Jordanie et du Maroc sont également très puissants.

Plus étonnant encore, la survivance de monarchies dans l'Europe moderne. Des pays démocratiques et éclairés comme la Belgique, le Liechtenstein, le Danemark, le Luxembourg, Monaco, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni portent toujours fièrement les coquilles d'œuf de leur passé tribal. Temps pour eux de suivre l'exemple du Népal ?

Les dernières monarchies
Les dernières monarchies (de la version anglaise de Wikipedia)
Monarchie constitutionnelle * Royaume du Commonwealth * Monarchy semi constitutionnelle * Monarchie absolue * Monarchie dans certaines entités subétatiques

India / Kerala: coup de balai dans la boîte de Pandore

L'état indien méridional du Kerala fait un grand nettoyage. Cible de ce vigoureux décrassage : une nouveau style de gourous et d'astrologues qui ont fait des affaires en or ces dernières années sans attirer l'attention publique. En fait la plupart des Kéralais ne s'étaient pas encore rendu compte de l'existence d'un « dieu vivant » dans leur état – mise à part la star mondiale de l'étreinte, la fameuse Matha Amrithanandamayi dite Amma. Mais voilà que la boîte de Pandore s'est brutalement ouverte.

Tout a commencé début mai par un reportage paru dans un grand hebdomadaire en langue malayalam, le 'Kerala Sabdam'. Une notice rouge d'Interpol, un avis de recherche lancé dans les Emirats Arabes Unis, visait un Kéralais nommé Santhosh Madhavan. L'enquête menée par les médias locaux plaça sous les projecteurs le gourou Amrutha Chaitanya et son immense ashram dans la cité portuaire de Cochin, où il recevait politiciens locaux, vedettes de cinéma, hommes d'affaires et cadres policiers. Chaitanya alias Madhavan fut identifié comme étant l'homme qui avait grugé une riche femme d'affaires des EAU. Mise sous pression, la police du Kerala arrêta le gourou et perquisitionna son ashram et son habitation. Outre diverses possessions illégales telles que bois de santal, cannabis, une peau de tigre et un uniforme de policier, on trouva sa collection de CD pornographiques l'enregistrant en train de violer des filles mineures hébergées dans une œuvre caritative qu'il dirigeait. Neuf filles mineures se sont plaintes d'avoir été violées par le gourou. L'enquête financière a révélé qu'il menait des transactions immobilières douteuses se montant à plusieurs millions de dollars et servait d'intermédiaire à diverses personnalités de premier plan, dont le nom n'a pas encore été révélé.

Après avoir abandonné l'école, Santhosh Madhavan avait été prêtre dans un temple pendant une courte période. Fin des années '90, il se familiarisa avec l'astrologie, se laissant pousser une barbe impressionnante pour entamer une lucrative carrière de gourou. En peu de temps il réussit à captiver une clientèle de célébrités et à s'assurer un parrainage de protection politique. Il jouit d'une immunité presque totale jusqu'à ce que le public réclame son arrestation.

A la suite de Madhavan, les rationalistes et les médias ont dénoncé d'autres présumés criminels agissant sous couvert d'astrologie ou de spiritualité, avec des complicités en haut lieu. Depuis un bon mois, il ne se passe pas de jour sans que les médias ne dénoncent des scandales impliquant des gourous. Pour l'instant, une soixantaine de personnes ont été visées. Certaines ont pris la fuite et rencontreraient maintenant leurs clients à l'étranger.

Une fois l'élan donné par les rationalistes et les médias progressistes, les organisations de jeunes des partis politiques se sont mises à chasser le gourou – de préférence les guides spirituels de leurs adversaires. Le BJP, parti nationaliste conservateur, veilla à ce que les gourous musulmans et les guérisseurs chrétiens ne soient pas épargnés. Par conséquent, le marécage du business spirituel a été largement drainé. La grande rescapée, jusqu'à présent, c'est la femme-déesse dont l'étreinte est censée guérir. Néanmoins, Amrithanandamayi a préféré jouer la prudence et a quitté le Kerala pour une longue tournée à l'étranger.

UK: Désormais, les fausses affirmations peuvent expédier astrologues, guérisseurs et mages en prison

Au Royaume-Uni, les astrologues peuvent maintenant atterrir en prison s'ils négligent d'avertir leurs clients potentiels que leurs services ne sont pas « prouvés expérimentalement» et sont réservés « aux seules fins récréatives ». Autant pour les gourous, magiciens, liseurs de tarots, guérisseurs spirituels, occultistes, diseurs de bonne aventure, voyants, devins, mediums, thaumaturges mantriques, oracles et autres babas …

Depuis le 26 mai dernier, de nouvelles règles protègent le client du juteux marché spirituel, dont les gains sont estimés à plus de 40 millions de livres. Depuis 40 ans, c'est une rénovation majeure des lois protégeant le consommateur anglais, en application d'une directive de l'Union européenne sur les pratiques commerciales déloyales, adoptée le 11 mai 2005 et qui régira bientôt les lois sur la consommation partout en Europe.

Outre la vente porte-à-porte, la publicité ciblant les enfants etc., la nouvelle loi britannique vise les faiseurs de miracles de tout crin – qu'ils soient citoyens britanniques ou visiteurs indiens. Elle les oblige à informer dans un avertissement que leurs services ont un but « strictement récréatif » et qu'ils ne sont pas « prouvés expérimentalement ». Cet avertissement doit être bien visible pour tout client potentiel, il doit figurer sur les plaques nominatives, factures, imprimés de présentation, conditions, dans les annonces et les sites internet. Si la nature « strictement récréative » de ces services n'est pas clairement exprimée au client avant la séance, les fournisseurs peuvent être mis en examen et sont passibles d'une peine de prison allant jusqu'à deux ans et d'une amende jusqu'à 5.000 £.

Kenya: arrestations en masse après les assassinats de « sorciers »

Au Kenya occidental, dans le district de Kisii, huit femmes âgées et trois hommes soupçonnés de pratiquer la magie noire ont tous été brutalement assassinés au même moment. Ils ont été arrachés à leur logement par une foule en colère et brûlés vifs. La police a arrêté 86 villageois en relation avec ces assassinats.

Dans cette région on croit beaucoup à la magie et il est déjà arrivé que des personnes suspectées de sorcellerie soient attaquées voire tuées. Mais jamais on n'avait tué autant de victimes en même temps. Au cours de l'enquête des témoins ont révélé qu'un cahier d'exercices aurait été trouvé dans l'école primaire locale, contenant le compte-rendu d'une prétendue assemblée secrète de sorciers. Il y avait non seulement le nom des participants mais aussi celui des prochains envoûtés, disait-ils.

L'enquête se poursuit, dit le porte-parole de la police, mais les suspects arrêtés pourraient être inculpés de meurtre et certains de vols avec violences. Cinq d'entre eux ont été trouvés en possession de biens et de bétail appartenant à certaines de leurs victimes. Les inculpés de meurtre risquent la peine capitale. Le procès est attendu sous peu.

Tony Blair : que la quête commence urbi et orbi !

Le jeune converti Blair et le pape Le jeune converti Blair et le pape
Le jeune converti Blair et le pape

Le 30 mai 2008, l'ex-premier ministre britannique lançait sa « Fondation Tony Blair pour la Foi» à New York. L'ambitieuse organisation de bienfaisance cherche à collecter des centaines de milliers de dollars pour sauver la religion et la vendre comme une force pour le Bien. Le point central des ses activités sera le dialogue interreligieux - un best-seller dans les pays occidentaux depuis le 11 septembre.

Avec ses quartiers généraux à New York et un « centre de conférences et de dialogue interconfessionnel» à Londres, la nouvelle organisation caritative « se débrouille assez bien pour récolter de l'argent dans les deux capitales », selon Tony Blair. Les supporters parlent de dizaines de millions de dollars de fonds de départ.

Tony Blair était resté discret sur ses ambitions religieuses durant ses mandats de premier ministre, pour éviter de se mettre à dos une société anglo-saxonne largement laïque. Son ancien porte-parole, Alastair Campbell, avait un jour coupé sèchement des reporters : «On ne parle pas de dieu ! ». Mais Anthony Seldon, son biographe, décrit Blair comme un « homme profondément religieux », pour qui la foi a toujours eu une influence majeure sur sa conduite politique. L'année dernière, Tony Blair disait à l'animateur de télévision Michael Parkinson qu'il avait prié Dieu avant de prendre la décision d'envoyer des troupes en Irak.

Anglican, il s'est converti au catholicisme romain en décembre dernier. Selon ses dires, le Vatican soutient chaudement sa nouvelle aventure interconfessionnelle.

Traduction: Marie Meert


Les destinataires du Bulletin de Rationalist International Bulletin peuvent publier, diffuser ou reproduire ses articles en remerciant la source: Rationalist International Bulletin. Copyright © 2008 Rationalist International #175.