RATIONALIST INTERNATIONAL

Bulletin # 178 (27/09/2008)

http://www.rationalistinternational.net

Dans ce numéro

Le site web de Richard Dawkins bloqué en Turquie par un tribunal

Prof. Richard Dawkins
Prof. Richard Dawkins

Si vous êtes en Turquie et que vous tentez de visiter le site web de Richard Dawkins www.richarddawkins.net, vous ne trouverez rien d’autre que la notice : « l’accès à ce site a été interdit par décision de justice. » La deuxième Cour Criminelle de Paix a ordonné à l’opérateur de télécommunications turc de bloquer l’accès à ce très populaire site web, suite à une plainte d’Adnan Oktar (dit Harun Yahya). Ce dernier affirme que le site contient des remarques insultantes envers lui-même et son travail.

Harun Yahya est le promoteur messianique d’une version islamique du créationnisme, qui tente de « démasquer » la théorie de l’évolution de Darwin comme la plus grande fraude de l’histoire des sciences. Cet agressif zélateur anti-science dispose d’énormes financements d’origine inconnue. Sur le Net, il essaie de diffuser ses nombreux livres, articles et films contre l’évolution, et ce dans de nombreuses langues. En 2006, il a produit un volumineux pavé de 800 pages sur papier glacé, intitulé Atlas de la Création, et en a envoyé 10.000 exemplaires à des scientifiques, médias et écoles dans toute l’Europe. L’un des destinataires était le professeur Richard Dawkins. Sur son site web, l’éminent spécialiste de l’évolution a qualifié le livre de « grotesque», en notant qu’il «ne parvenait pas à réconcilier la qualité de production luxueuse avec ‘‘l’ineptie à couper le souffle’’ de son contenu.» (Richard Dawkins, dans un post titré ‘Serpents venimeux, anguilles visqueuses et Harun Yahya’). Oktar a entamé une action en justice contre le professeur d’Oxford, réclamant, pour angoisse mentale, un dédommagement d’un montant de 8000 YTL (environ 4000 euros).

Auparavant, Adnan Oktar avait tenté sans y parvenir de faire interdire la version turque du célèbre livre de Richard Dawkins « The God Delusion » (‘Pour en finir avec Dieu’). La maison d’édition turque fut acquittée. La plainte d’Oktar selon laquelle le livre était blasphématoire fut rejetée par la cour. Ce livre est devenu un bestseller en Turquie. Le livre de Dawkins « The Ancestor’s Tale » (‘Il était une fois nos ancêtres’), écrit antérieurement mais publié en Turquie après The God Delusion, parut et fut épuisé en une seule journée.

Richard Dawkins, The Ancestor's Tale, en Turkish
Richard Dawkins, The Ancestor's Tale, en Turkish

Après la mise en place d’une nouvelle loi sur l’Internet en mai 2008, la censure du Net est devenue chronique en Turquie. Plus de 850 sites ont déjà été bloqués depuis lors. Les sites peuvent être interdits pour plusieurs raisons : si leur contenu est jugé dangereux pour les enfants, encourage l’usage de la drogue, les jeux d’argent, la prostitution, la pornographie ou le suicide, soutient la cause kurde ou contient des insultes contre Kamal Atatürk, le fondateur de la Turquie. Le site de partage de vidéos Youtube, par exemple, est interdit en Turquie depuis quatre mois car il contiendrait des vidéos censées insulter la mémoire d’Atatürk. Pour Adnan Oktar et ses associés, la nouvelle loi de censure est une opportunité «envoyée par le ciel». Avant le site web de Richard Dawkins, ils ont déjà réussi à faire bloquer Google Groups et Wordpress.com en prétendant que certains groupes et blogs sur ces sites ont un contenu diffamatoire.

Oktar fait actuellement appel d’une condamnation à trois ans de prison pour avoir créé une organisation illégale à but lucratif personnel.

“La lapidation de Soraya M.”

Le réalisateur Cyrus Nowrasteh / Photos du film
Le réalisateur Cyrus Nowrasteh / Photos du film

Lors du Festival International du Film de Toronto en septembre dernier, le début du film de Cyrus Nowrasteh « La lapidation de Soraya M. », basé sur une histoire vraie, confrontait le public aux détails horribles et terrifiants de ce rituel barbare toujours en vigueur en Iran aujourd’hui.

Officiellement, la lapidation n’existe plus en Iran depuis 2002, lorsque le chef du pouvoir judiciaire, l’Ayatollah Mohmoud Hashemi-Shahroudi, sous la pression des protestations internationales, a décrété un moratoire. Depuis lors, néanmoins, plusieurs personnes ont été lapidées à mort. En juillet 2007, le cas de Jafar Kiani, lapidé à mort dans la province de Qazvin, (nord-ouest iranien), avait suscité un tollé international. En mai 2006, Abbas H et Mahbubeh A étaient lapidés à mort à Machhad (nord-est iranien). En 2007, la Cour Suprême islamique d’Iran confirmait plusieurs peines de mort par lapidation. En janvier 2008 Amnesty International demandait instamment à l’Iran d’abolir l’exécution capitale par lapidation. A ce moment, au moins neuf personnes condamnées à mort attendaient leur exécution. De fortes protestions se sont élevées en Iran et à l’étranger pour suspendre les sentences, mais on ne sait pas exactement si les victimes ont été sauvées. Entre-temps le Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI : l’opposition iranienne en exil) et des organisations pour les droits de l’homme rapportaient le cas de Gilan Mohammadi, une femme de 30 ans, et de l’Afghan Gholamali Eskandari, tous deux condamnés à la mort par lapidation et qui attendent l’exécution de la sentence à la prison d’Ispahan, au centre de l’Iran.

« La lapidation de Soraya M. » a eu lieu il y a presque vingt ans et elle fut décrite en 1990 par le journaliste franco-iranien Freidoune Sahejan dans son livre éponyme. C’est l’histoire d’une jeune femme, mère de neuf enfants, qui est faussement accusée d’adultère par son mari Ali, lequel désire ainsi se débarrasser d’elle pour épouser une très jeune fille qu’on lui a offerte. L’innocente Soraya, impuissante, devient subitement une paria, privée de ses droits humains fondamentaux, marquée comme un animal sacrificiel pour devenir l’objet d’un rituel sanglant unissant dans une même conspiration toute la communauté masculine du village, avide de détruire le mal qu’elle semble incarner. Le film se déroule lentement, de détail en détail : les pierres sont choisies, pas trop grandes pour ne pas tuer trop vite, son corps est lavé rituellement, enveloppé dans un linceul blanc et porté sur le lieu de la lapidation, les mains liées dans le dos. Là on l’enterre jusqu’aux aisselles – et le rituel macabre se déroule. Ses deux fils sont obligés de l’abjurer et de se joindre aux lanceurs de pierres.

Le film a été réalisé par des gens qui ont personnellement expérimenté la peur du fondamentalisme au pouvoir. Le réalisateur Cyrus Nowrasteh est un Irano-américain dont la famille a dû fuir l’Iran après la révolution. Un jour l’actrice jouant le rôle-titre, elle aussi irano-américaine, parla des victimes de torture en Iran à un journaliste aux USA : la police iranienne arrêta son frère et le jeta en prison pour un an.

Gourou indiens sous la loupe : Asaram Bapu

Asaram Bapu

Dans les toilettes d’un ashram dirigé par Asaram Bapu à Chhindwara dans le Madhya Pradesh, un garçon de 5 ans a été retrouvé mort, la tête dans un seau d’eau. Trois jours auparavant, un autre garçon était décédé dans les mêmes circonstances. Et début juillet, les corps de deux garçons de 9 et 10 ans, étudiants dans l’école de l’ashram du gourou à Ahmedabad, dans le Gujarat, avaient été retrouvés dans le lit d’une rivière asséchée. Chez l’un d’eux il manquait le foie et le sternum, le second n’avait plus d’oreilles – faits qui semblent indiquer qu’ils avaient été victimes d’un sacrifice humain. Lorsque la police tenta de calmer le jeu et que des adeptes du saint homme suscitèrent une forte agitation pour le défendre, des gens du voisinage se mirent à tout saccager.

Asaram Bapu, 68 ans, ancien garçon à tout faire dans un magasin de vélos, est l’un des gourous indiens les plus riches et les plus influents. Avec plus de 100 ashrams dans tout le pays et 1200 centres de prière dans le monde, il compte quelque 20 millions d’adeptes. Selon les estimations, son empire vaudrait un demi milliard de roupies (plus de 133 millions d’€). Il règne par la terreur et la violence. Les fidèles sont terrorisés et battus jusqu’à soumission absolue. Se considérant comme l’égal de Shiva, le dieu indien de la destruction, il menace de détruire par sa malédiction quiconque le mettrait en question ou le critiquerait. Dans son livre Gurubhakti, il ordonne à ses adeptes de recourir à la violence contre toute personne critique, voire de lui couper la langue !

Entre-temps, la police affirme que le meurtrier de l’ashram de Chhindwara est un élève de 14 ans, mais le doute persiste. A Ahmedabad, Praful Varghese, père de l’un des garçons assassinés, a entamé une grève de la faim pour que soit menée une enquête indépendante. Le ministre responsable a promis cette enquête mais il n’y a pas encore de résultat. Quoi qu’il ressorte des dessous de ces nouveaux meurtres choquants au sein de ses ashrams, une vague de fureur publique s’est déchaînée contre Asaram Bapu. Les gens ne sont plus disposés à fermer les yeux devant les crimes de « saints hommes ». « Une conscience nouvelle se développe dans ce pays et j’en suis très, très heureux – c’est pourquoi de plus en plus de gourous sont démasqués» commentait Sanal Edamaruku dans une interview avec CNN IBN.

Voir deux reportages sur CNN IBN:

1. Framed or foul play - Asaram followers left wonderung (Nilanjana Bose, CNN IBN) 2. Godmen under increasing scrutiny (Samkhya Edamaruku, CNN IBN)

Le Mémorial Joseph Edamaruku

Joseph Edamaruku (1934 - 2006)
Joseph Edamaruku (1934 - 2006)

Le Centre Rationaliste de New Delhi a invité ses amis à commémorer l’anniversaire de feu Joseph Edamaruku, éminent rationaliste, érudit et écrivain, ancien président de l’Association Rationaliste Indienne et Associé Honoraire de Rationalist International. La conférence commémorative a été prononcée par Paul Kurtz, Professeur de philosophie émérite à l’Université d’Etat de New York à Buffalo, président du Centre for Enquiry, Membre transnational et Honoraire de Rationalist International. Le Prof. Kurtz a développé le thème : “Tempérament scientifique et laïcité : vers une nouvelle éthique planétaire”.

Au Centre Rationaliste de New Delhi: le Prof. Paul Kurtz pendant son exposé à la Conférence pour le Mémorial Joseph Edamaruku (de gauche à droite: Innaiah Narisetti, le Prof. Paul Kurtz, Sanal Edamaruku, V S Kumaran).
Pendant la Conférence internationale rationaliste en 2000 à Trivandrum, Joseph Edamaruku (au centre) remet le premier International Rationalist Award au Prof. Paul Kurtz (à gauche : Sanal Edamaruku).

Le Prof. Paul Kurtz est un ami de longue date de l’Association Rationaliste Indienne (IRA). En 2000 il inaugurait la célébration du cinquième anniversaire de l’IRA au cours de la Conférence Rationaliste Internationale à Trivandrum. Il a loué ses importantes contributions à l’analyse de prétendues vérités sur les pouvoirs paranormaux, non seulement en Inde, mais aussi – via une couverture importante dans les médias étatsuniens – en Amérique (« In Praise of Rationalism » Eloge du rationalisme). Le Prof. Kurtz est lauréat du premier International Rationalist Award, qui lui a été décerné lors de la Conférence de Trivandrum par Joseph Edamaruku, alors président de l’IRA.

Henry Morgentaler reçu dans l’Ordre du Canada

Dr. Henry Morgentaler
Dr. Henry Morgentaler

Le Dr. Henry Morgentaler a été nommé Membre de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction honorifique civile du pays. Survivant des camps de concentration d’Auschwitz et de Dachau, ce médecin a consacré sa vie à un long et dur combat pour la dépénalisation de l’avortement au Canada – jusqu’à la victoire de 1998, lorsque, grâce à son appel, la Cour Suprême abolit la loi sur l’avortement sur base des droits et libertés. Le Dr. Morgentaler, qui a courageusement défié la loi et pratiqué des avortements pendant plus de 35 ans afin d’offrir aux femmes du Canada un moyen digne, sûr et sans douleur de mettre fin à des grossesses indésirées, a consenti de grands sacrifices personnels pour honorer ses convictions. Il a subi le harcèlement violent de fanatiques religieux et a dû passer dix mois en détention avant que toutes les charges à son encontre soient abandonnées par son acquittement. Sa décoration a suscité la consternation au sein du camp pro-vie.

La nomination du Dr Morgentaler à l’Ordre du Canada honore sa détermination à changer la politique publique canadienne en matière d’avortement ainsi que son rôle de chef de file au sein d’organisations pour les libertés humanistes et civiles. Henry Morgentaler a été le fondateur et le président de l’Organisation Humaniste Canadienne. Il est Membre Associé de Rationalist International.

Traduction: Marie Meert et Thomas Zartregu


Les destinataires du Bulletin de Rationalist International Bulletin peuvent publier, diffuser ou reproduire ses articles en remerciant la source: Rationalist International Bulletin. Copyright © 2008 Rationalist International #178.