RATIONALIST INTERNATIONAL

http://www.rationalistinternational.net

guardian.co.uk 18 mai 2010

Prahlad Jani et ses puissants protecteurs

Par Sanal Edamaruku

Prahlad Jani
Prahlad Jani, qui prétend avoir survécu pendant plusieurs décennies sans eau ni nourriture, est soutenu par des gens qui devraient être plus avisés.

Le vieillard vêtu d'écarlate et portant un anneau dans la narine tente de nous expliquer qu'il n'a ni bu ni mangé quoi que ce soit depuis que la déesse Ambaji lui a touché la langue du doigt. Ce devait être aux alentours du début de la seconde guerre mondiale.

Comme peu de choses sont aussi bien établies que la loi biologique énonçant qu'aucun être humain (ou animal) ne peut survivre sans ingérer régulièrement de l'eau et de la nourriture, il serait raisonnable de prendre son allégation avec une certaine dose de scepticisme. En général il n'est guère difficile de confondre de tels personnages; je l'ai fait à plusieurs reprises. Mais Prahlad Jani dispose de quelques protecteurs influents.

C'est le Dr Sudhir Shah, neurologue directeur de l'hôpital Sterling d'Ahmenabad, qui a propulsé cette ridicule histoire de Prahlad Jani sous les projecteurs. Dans le cadre d'un prétendu projet de recherche “scientifique” sensationnel, son équipe et lui l'ont soumis à une observation et à des examens médicaux entre le 22 avril et le 6 mai. Ce projet est financé et supervisé par l'institut indien de physiologie et des sciences apparentées de la Défense indienne (Dipas), une branche de l'organisation de recherche et de développement de la Défense. La figure de proue de l'étude est le directeur du Dipas, Govindasamy Ilavazhagan, qui semble partager l'enthousiasme de Shah pour le cas. Ces messieurs ont déclaré conjointement que Jani n'a pas absorbé une seule miette ni même bu la moindre goutte d'eau pendant ses 15 jours en observation - ce qui paraît totalement impossible. Des scientifiques peuvent-ils être assez crédules que pour saluer un homme qui prétend renverser les lois fondamentales de la biologie ? Ont-ils fermé les yeux (ainsi que la caméra CCTV censée tourner en continu) quand Jani étanchait sa soif ? Il est indubitable que la “ surveillance totale” présentait des failles et que le “grand test scientifique” était une farce.

Pendant que le test se déroulait, j'ai exposé certaines de ses lacunes dans un programme en direct de la télévision indienne : un clip vidéo officiel a révélé que Jani sortait quelquefois du champ de la caméra CCTV, il était autorisé à recevoir des adeptes et pouvait même quitter le local de test plombé pour prendre le soleil, ses activités régulières de gargarismes et de bains n'étaient pas suffisamment filmées, etc. J'ai réclamé de pouvoir vérifier la procédure du test avec une équipe d'experts rationalistes. Ahmenabad n'a pas réagi tout de suite. Mais un appel impromptu de l'hôpital Sterling m'a invité à me joindre au test le lendemain – en direct à la télévision.

Tôt le lendemain matin, prêts à nous envoler pour le Gujarat, nous avons été avisés que nous devions attendre la permission du “grand patron” du projet. Inutile de dire que cette autorisation n'est jamais arrivée.

De la même façon, nous n'avions pas pu assister au premier test de Jani en novembre 2003 (également financé par le Dipas). Shah a une longue expérience de ce genre d'études, qui jusqu'à présent n'ont jamais été discutées dans aucune revue scientifique. Elles tentent simplement de prouver cette étrange théorie solaire : que les humains peuvent cesser de manger et de boire et passer à “d'autres sources d'énergie, notamment solaire”. Prahlad Jani n'est pas le premier enfant modèle de Shah. En 2000/2001 il avait testé Hira Mank pendant plus d'un an et confirmé ses allégations, à savoir qu'elle se nourrissait exclusivement de soleil (et quelquefois d'un peu d'eau). L'idée que les recherches de Shah étaient suivies par la Nasa et par l'Université de Pennsylvanie a officiellement été démentie par les deux parties faussement invoquées.

Shah est un jaïn profondément religieux. En tant que président de la Fédération des médecins jaïns (JDF), il propose que via la recherche, la science médicale encore imparfaite soit amenée au niveau de la “super-science” jaïniste telle que révélée par l'omniscient héros Mahavir. Nous ne pouvons que nous demander si son regard de chercheur est quelquefois obnubilé par le zèle religieux. Il est intéressant de noter que beaucoup de membres de son équipe sont jaïns et que son partenaire dans le test Manek était également président de la JDF.

Shah a suggéré par ailleurs que ce phénomène pourrait présenter un potentiel “d'utilité militaire”. Et le ministère de la Défense indien - honte à lui ! - a mordu à l'hameçon. Peuvent-ils vraiment être assez naïfs que pour envisager de mettre l'armée à la diète solaire ? C'est ce que nous tentons d'élucider.

Traduction: Marie Meert