RATIONALIST INTERNATIONAL

http://www.rationalistinternational.net

Le thaumaturge de Janakpuri

Opération d'infiltration rationaliste

Janakpuri l'une des plus vastes colonies résidentielles en Asie, se trouve dans la périphérie de New Delhi. C'est dans une allée secondaire d'un des principaux ensembles résidentiels que vit Sunderlal Bhargav. Au rez-de-chaussée, des nuages de fumée blanche s'échappent entre les rideaux de bambou de sa véranda. Des litanies de mantras sont récités. Devant le feu, l'air excité, est assise Alison, blonde présentatrice de la télévision australienne. En face d'elle, un gros homme jovial vêtu de blanc, psalmodiant sans relâche des paroles sacrées. C'est Bhargav. C'est un saint homme. Bhargav et Alison ont conclu un accord

Aux dires du gourou, les mantras qu'il psalmodie créent des ondes sonores particulières. Elles montent vers le ciel et sont captées par de gros satellites lancés par la NASA. Comme la Terre tourne elles vont retomber juste au-dessus de la ville de Sydney en Australie, là où demeure un proche d'Alison qui souffre d'un cancer. Les vagues de mantras tomberont sur lui et le guériront instantanément.

La guérison à distance commence....
La guérison à distance commence....

L'accord a été conclu deux jours avant cette après-midi captivante, alors qu'Alison et son ami indien Deepali visitaient le temple dans la véranda de Bhargav pour la première fois. Deepali était là en tant « qu'agent infitré» rationaliste, envoyé par Sanal Edamaruku comme guide et négociateur d'Alison. Le gourou leur a offert la guérison garantie d'un patient en cancer terminal. Il demandait pour cela l'équivalent de deux voitures de luxe en liquide.

Bhargav est l'un des centaines de thaumaturges et astrologues de New Delhi qui offrent leurs services par petites annonces dans divers médias et sur internet. L' Association Rationaliste Indienne continue de suivre ces personnes. Prétendre guérir par des remèdes magiques, c'est un crime en Inde. Mais en dépit de la loi interdisant toute publicité pour les remèdes magiques (Magic Remedies Objectionable Advertisement Act), des guérisons magiques sont offertes dans les annonces de la presse et de la télévision, sur les panneaux publicitaires et sur internet. Souvent les gourous et astrologues sollicitent leurs clients via des annonces de substitution avec des indices sur les services offerts, ce qui leur permet d'échapper à la loi. En outre, les gros poissons se protègent de la curiosité au moyen d'équipements de haute technologie et de gardes du corps. Beaucoup ont des hommes de main comme les chefs mafieux.

Le projet audacieux pour démasquer Sunderlal Bhargav était préparé de longue date. Il a fallu plusieurs semaines de préparation, d'entraînement et d'étude du terrain. Chacun était bien équipé pour une telle opération d'infiltration. Les deux dames portaient des enregistreurs et des caméras cachés sous leurs vêtements. La négociation et les allégations de Bhargav sur sa guérison du patient cancéreux par satellite avaient été enregistrées preuves à l'appui. C'est donc preuves en main que Sanal Edamaruku est entré en scène.

Le gourou, nerveux, appelle à l'aide. Sanal l'avertit : « Ecoutez d'abord ... »
Le gourou, nerveux, appelle à l'aide. Sanal l'avertit : « Ecoutez d'abord ... »
Le public est curieux
Le public est curieux

Les mantras s'arrêtent dès qu'il apparaît sur la véranda, juste devant le gourou choqué. Bhargav a reconnu Sanal immédiatement, son visage étant familier en Inde grâce aux centaines d'interventions télévisées où il a démasqué de saints charlatans et expliqué leurs « miracles ».

Bhargav s'est vite repris et a invité Sanal à s'asseoir avec lui. Il a essayé de lui raconter qu'il s'agissait seulement d'une malheureuse petite puja (cérémonie religieuse) accomplie pour une fidèle dévote étrangère. Manifestement il ne se rendait pas compte qu'il venait d'être piégé. Alison a publiquement clarifié la situation et exposé l'accord conclu. Elle ne dévoilait pas encore que l'histoire du patient cancéreux avait été inventée pour servir d'appât au charlatan. Elle joua le désappointement avec beaucoup de conviction, comme un client furieux comprenant qu'il a été trahi. Sanal confronta le gourou à l'immoralité de sa conduite et aux conséquences légales. Ce bruyant échange dans la véranda commença à attirer un public de voisins.

Le gourou devint furieux. Il téléphona au chef de l'association d'assistance locale en lui demandant de venir. Un homme âgé apparut et tenta de calmer Sanal et de trouver des excuses au gourou. Mais au cours de la discussion, une histoire plutôt choquante se fit jour : sa propre épouse avait eu un cancer terminal quelques années auparavant. Le gourou avait exigé une forte somme pour la guérir. Elle était morte peu après.

Sanal attire l'attention des hommes de main du gourou sur la caméra.
Sanal attire l'attention des hommes de main du gourou sur la caméra.
Les caméras tournent...
Les caméras tournent...

La foule était de plus en plus nombreuse autour de la véranda. Le gourou se mit à paniquer, saisit son téléphone et aboya des ordres. En quelques minutes, des véhicules de standing remontent l'allée et vomissent quelques gaillards bien costauds. Ils se placent aux entrées et observent la scène. Mais les rationalistes étaient bien préparés. Sanal sortit son atout majeur. Il désigna calmement les deux équipes de télévision qui filmaient la rencontre depuis le tout début à l'insu du gourou. Les caméras de presse tournaient. Et bien sûr, cachés derrière les rideaux de bambou, des protecteurs rationalistes bien entraînés de Sanal attendaient son signal.

Malgré la tension ambiante, Sanal s'adressa à la foule et expliqua ce qui se passait. Certains s'avancèrent pour dire qu'il y avait déjà eu plusieurs victimes exploitées de la même manière. Ils s'étaient toujours sentis impuissants, avouèrent-ils, car le gourou jouissait de puissantes protections. Sanal menaça le gourou de terribles conséquences légales. Alison pouvait déposer plainte. Barghav fut acculé et finit par renoncer. Il accepta de présenter des excuses à Alison devant les caméras de télévision. Il promit de ne jamais recommencer. Bien sûr, on ne peut lui faire confiance. Mais tandis qu'il regagnait piteusement sa maison, quelques jeunes vinrent serrer la main de Sanal. Ils avaient aimé sa courageuse opération et ils promirent de garder l'œil sur ce qui se passait dans la véranda de Bhargav.

Sunderlal Bhargav de Janakpuri n'est que l'un de ces guérisseurs par miracles comme il y en a des centaines à Delhi. Cette même après-midi, l'équipe de Sanal réussit à mettre un terme au travail d'un autre gourou : Rajkumar à Sagarpur. Un par un, les « saints » hommes se voient couper l'herbe sous le pied, grâce aux rationalistes.

Sanal s'adresse au public
Sanal s'adresse au public
Mauvaise fin de journée pour le gourou
Mauvaise fin de journée pour le gourou

[8 mars 2012]

Traduction : Marie Meert