RATIONALIST INTERNATIONAL

http://www.rationalistinternational.net

Attaques contre Sanal Edamaruku !

Comme il a déconstruit le « miracle » du Jésus qui suinte à Mumbai, les chefs d’une Eglise catholique assoiffée de vengeance menacent Sanal Edamaruku d’un procès pour blasphème. Le harcèlement a commencé.
« Il n’y a rien de nouveau dans le fait que les évêques catholiques tentent d’envoyer leurs opposants au bûcher quand ils n’ont plus d’arguments. Giordano Bruno en fut un bon exemple. Mais quoiqu’ils fassent, ils ne pourront pas m’empêcher de me battre pour la raison, la science, et des faits historiques. Et je ne suis pas seul. La liberté d’expression est attaquée et nous allons la défendre ! »
-Sanal Edamaruku

Déconstruction du « miracle »

Le 10 mars, Sanal Edamaruku s’est envolé à Mumbai. La chaine de télévision Channel TV-9 l’avait invité pour examiner un “miracle” qui a suscité beaucoup d’agitation localement. Il est venu avec une équipe de télévision à Irla dans Vile Parle pour inspecter le crucifix qui s’élève devant l’église Notre-Dame de Velankanni. Ce crucifix est devenu un centre d’attraction pour une foule croissante de croyants venus de loin. La nouvelle du miracle s’est répandue comme une trainée de poudre. Depuis quelques jours, quelques gouttelettes coulaient des pieds de Jésus. Des centaines de personnes venaient chaque jour pour prier et recueillir de l’ “eau bénite” dans des bouteilles et divers récipients. Irla était en train de devenir un centre de pèlerinage.
Mais Sanal Edamaruku a mis à mal ce projet. En quelques minutes, il a clairement identifié la source de l’eau (un système d'écoulement des eaux près d’une pièce pour le lavage) et le mécanisme qui la faisait atteindre les pieds de Jésus (par capillarité). Les responsables locaux de l’église, présents pendant l’enquête, étaient loin d’être heureux. Voir l’enquête en détail sur YouTube.

Débat télévisé avec l’évêque

Quelques heures après, lors d’une émission en direct sur TV-9, Sanal a expliqué sa trouvaille et a accusé l’Eglise catholique de vouloir faire sensation avec les miracles, comme elle faisait beaucoup de propagande autour de la statue de Jésus qui suinte, avec agressivité et en distribuant des photos attestant le “miracle”. Un débat houleux a commencé, dans lequel cinq religieux, parmi eux Fr. Augustine Palett, le prêtre de l’église Notre Dame de Velankanni, et des représentants de l’Association des Catholiques (AOCC) ont demandé des excuses à Sanal. Mais il a brillamment argumenté contre eux. Par téléphone, Mgr. Agnelo Gracias, évêque auxilaire de Mumbai, est venu à la rescousse pour restaurer l’image de l’Eglise catholique. Il a affirmé que l’Eglise était « toujours prudente dans l’attribution de causes surnaturelles » à ces phénomènes et s’efforce toujours « de trouver des explications 'scientifiques'. » Il a même assuré que le Pape est un ami de la science. Sanal a contre-attaqué élégamment en se référant au procès de Giordano Bruno. Il a aussi évoqué le processus officiel des canonisations par le Vatican dans lequel les “miracles”, certifiés par une commission du Vatican, sont obligatoires pour chaque saint. Comme il y a plus de 10 000 saints catholiques, le Vatican exploite sans retenue le « sensationnel des miracles ». Et le Pape prétendument amoureux de la science autorise les séances d’exorcisme au sein du Vatican. D’après des articles de presse récents, il a même prêté main-forte pour expulser le diable du corps d’un Garde suisse. Dans ce très intéressant débat, Sanal a triomphé sur ses bruyants opposants. [L’émission complète a été enregistrée. Vous pouvez en voir une version abrégée sur YouTube.]
Sanal Edamaruku vs. Agnelo Gracias, Catholic Bishop of Mumbai

Menaces en direct à la télévision

Quand ils ont vu leurs espoirs anéantis pour forcer Sanal à s’agenouiller et s’excuser, ils ont publiquement menacé de déposer plainte pour blasphème contre lui. Sanal a fait remarquer que cela lui donnerait une excellente occasion de défendre ses conclusions devant une cour de justice, avec l’évêque de Mumbai dans le box des témoins. Ecumant de rage, l’homme d’église jura de le harceler en déposant de multiples plaintes contre lui dans tous les commissariats de police de Mumbai. Ils l’ont fait.

Sanal peut être arrêté à tout moment

Nous savons que trois demandes ont été faites contre Sanal sur la base de l’article 295 du Code Pénal Indien.
Pendant ce temps, la police de Mumbai a annoncé qu’elle avait l’intention de l’arrêter.
Sanal peut être arrêté à tout moment. En chaque endroit où une plainte est déposée contre lui. Il peut être forcé à apparaître en personne pour leur répondre. Si sa réponse n’est pas considérée comme satisfaisante, il peut être arrêté. Il peut être forcé à combattre une multitude de procès dans différents lieux. Ce n’est pas seulement une immense perte de temps et d’argent. Etant donné le fanatisme de certains catholiques, sa vie peut être en danger.

Comité de défense de Sanal Edamaruku

Rationalist International a fondé un Comité de Défense de Sanal Edamaruku. Leresponsable est le juriste de la Cour Suprême et militant des droits de l’homme Mr. N.D.Pancholi.

Traduction : Jocelyn Bézecourt